Comme j’ouvre la porte, je fais un bond en arrière qui m’envoie dinguer dans le porte-pébroques.
Il y a trois messieurs sur le paillasson, qui s’apprêtent à sonner. Et ceux-là, pas d’erreur possible, ce sont des vrais de vrais. Ils ont des bouilles qui ne trompent pas. Ils seraient nègres ou nains que ça ne se verrait pas davantage. Le gnard San-Antonio se demande à la brutale si, par hasard, ça ne serait pas le commencement de la fin.

 

EPUB

AU SUIVANT DE CES MESSIEURS

PDF

AU SUIVANT DE CES MESSIEURS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *