Naomi Klein – No logo 1999

Zéro espace, zéro choix, zéro boulot : tel est, selon Naomi Klein, la société issue de la mondialisation et du règne des marques. Zéro espace, car la ville est envahie par la publicité. Les logos s’étalent même sur nos vêtements. Zéro choix, car le commerce indépendant ou local disparaît au profit de chaînes. Manger un en-cas veut souvent dire aller au McDo, de New York à Marseille, en passant par Buenos Aires. Zéro choix, c’est aussi l’influence des marques sur notre imaginaire, notre personnalité : impossible d’offrir une veste si ce n’est pas une Gap. Troisième conséquence de la mondialisation : zéro boulot. Les années quatre-vingt-dix ont marqué un tournant dans la conception même de la marque : les entreprises ne vendent plus des objets, mais des concepts. Nike ne produit plus des chaussures de sport, mais devient le sport à l’état pur. Résultat : les budgets et l’énergie de l’entreprise sont centrés sur le branding.

 

EPUB

UPTOBOX: .https://uptobox.com/j8v13dmzlrkm

01FICHIER: .https://1fichier.com/?shozdrw6yu9i36h7zec1

ZIPPYSHARE: .https://www93.zippyshare.com/v/3smkSsjN/file.html

PDF

UPTOBOX: .https://uptobox.com/sbvgw49musjw

01FICHIER: .https://1fichier.com/?k7hsm9rzqirhp19zurof

ZIPPYSHARE: .https://www93.zippyshare.com/v/eek9ivJS/file.html

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOTRE SITE A BESOIN DE LA PUB POUR VIVRE. S'IL VOUS PLAÎT, DÉSACTIVEZ ADBLOCK. MERCI